Quels sont les différents modèles de travail flexible ? - Glossaire

Helena Kleine

La digitalisation a donné lieu à tout un éventail de nouveaux modèles de travail et à une terminologie déconcertante. Nous allons rétablir l’ordre dans ce chaos et évoquer une méprise courante concernant le monde du travail moderne.

 

Le milieu de travail change, notamment en raison des nouvelles avancées technologiques. Par exemple, il y a dix ans, le travail mobile était pour ainsi dire inconnu. Aujourd’hui, des entreprises entières, telles que le fournisseur de technologie Zapier, ont recours à 100 % de travailleurs distants.

Nous allons étudier : 

  • la définition du travail flexible et des environnements de travail modernes ainsi que la différence entre les deux ;
  • différents modèles de travail flexible tels que le travail intérimaire, le télétravail et le travail à temps partiel ;
  • leurs avantages et leurs inconvénients respectifs ;
  • des données intéressantes pour les employeurs qui envisagent des modèles de travail flexible.

Nous allons répondre à des questions clés et clarifier l’une des plus grandes idées reçues sur le monde du travail actuel ! 

 

Que sont le travail flexible et les environnements de travail modernes ? - Définition 

 

Le « travail flexible » ou « flexi-travail » (« flexwork » en anglais) est un terme générique pour tous les types d’emplois qui s’écartent des modèles de travail traditionnels. Ils relèvent des catégories suivantes :  

 

  • Les modèles de temps de travail flexible créent des marges de manœuvre en termes de temps de travail ; il s’agit notamment des horaires variables et du travail à temps partiel. 
  • Le travail nomade, le travail à domicile et le télétravail offrent davantage de liberté quant au choix du lieu de travail
  • Les modèles de contrat flexibles donnent aux employeurs une plus grande flexibilité en cas de fluctuations de la charge de travail (telles que les fluctuations saisonnières ou des projets).  Le travail intérimaire et le temps de travail optionnel en sont de bons exemples.

 

Certains modèles de flexi-travail combinent plusieurs solutions.

 

Le terme « nouveau modèle de travail » est encore plus abstrait. Il décrit simplement tout modèle de travail moderne pour l’ère digitale mondiale de la société d’aujourd’hui. Les nouveaux modèles de travail sont donc grandement dépendants des opportunités offertes par la digitalisation et de ce qui est attendu des salariés, tel que défini par les jeunes générations (par exemple, la fameuse génération Y) et les valeurs sociétales (par exemple, le désir de passer plus de temps en famille).

 

La plus grande idée reçue concernant les nouveaux modèles de travail

Nombreux sont les employeurs qui pensent que, pour leur personnel, la flexibilité au travail est plus importante que de gagner davantage d’argent. Ce n’est qu’une idée reçue.

 

Une étude mondiale menée par EY a révélé que pour environ 85 % des salariés, un salaire concurrentiel est le facteur le plus important dans le choix d’un poste. Viennent respectivement en deuxième et troisième places le fait d’être soutenu dans leurs efforts pour travailler de manière plus flexible afin de satisfaire leurs objectifs personnels et professionnels, et la possibilité de travailler de manière flexible tout en restant éligible à une promotion. 

Source : Étude mondiale d’EY sur l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée

 

Qu’est-ce que cela implique pour les employeurs ? Confrontés à une vive concurrence lorsqu’il s’agit de trouver le meilleur candidat à un poste, ils ne peuvent pas faire autrement que de proposer des modèles de travail flexible. Néanmoins, ces possibilités ne doivent pas se traduire par une plus faible rémunération. La promesse d’un nouveau modèle de travail ne peut se substituer à une rémunération juste. 

Il est encore plus important de payer correctement les salariés lorsqu’ils travaillent selon un modèle de travail flexible principalement avantageux pour les employeurs. Les emplois intérimaires en sont un bon exemple. Lorsqu’une entreprise donne davantage de flexibilité tout en offrant une sécurité de l’emploi moindre, cela doit aussi se traduire par une rémunération appropriée.

 

Types de modèles de travail flexible – Glossaire

 

Temps de travail flexible

 

Horaires variables

Il s’agit probablement du modèle de temps de travail flexible le plus connu et le plus répandu. Pas moins de 80 % des entreprises britanniques proposent au moins un type d’organisation flexible pour une partie de leur personnel. L’idée est simple : plutôt que chaque salarié soit à son bureau de 8 h à 17 h, le personnel commence et termine son travail à différentes heures.

Source : CIPD - Le travail au Royaume-Uni

Souvent, les employeurs définissent des plages de travail fixes, par exemple entre 10 h et 16 h, pendant lesquelles l’ensemble du personnel doit travailler. Malgré la flexibilité des horaires, la durée de travail hebdomadaire spécifiée dans le contrat doit être respectée. 

 

Avantages

Inconvénients

  • Certaine flexibilité, par exemple pour les rendez-vous personnels
  • Attentes précises et respect des durées de travail spécifiées dans le contrat
  • Contact facilité car, malgré la flexibilité des horaires de travail, les équipes travaillent, pour la plupart, simultanément
  • Aucun inconvénient pour les employeurs
  • La flexibilité est limitée ; ce n’est plus un argument de vente unique sur le marché

 

Temps partiel (en particulier le temps partiel du leadership) et partage de poste

De nombreuses personnes associent les modèles de travail à temps partiel aux mères qui cherchent une façon de reprendre le travail après un congé de maternité. Les expressions telles que « coincé par un poste à temps partiel » montrent bien que la société a une perception négative de ce type de travail. D’ailleurs, ce sont les personnes à faible revenu qui sont le plus durement touchées par les emplois à temps partiel. Comme elles ne sont pas techniquement sans emploi, elles n’ont pas droit aux allocations de l’État, leurs cotisations de retraite sont limitées et elles gagnent à peine de quoi vivre. 

 

La situation est quelque peu différente pour les groupes à revenu plus élevé, telles que les personnes occupant des postes de leadership et les universitaires. Souvent, à ce type de poste, le travail à temps partiel ne signifie pas que les salariés ne sont présents que 50 % du temps, mais plutôt 75 à 80 % du temps, ce qui est beaucoup plus proche d’un travail à plein temps. Le partage de poste signifie que deux ou plusieurs membres à temps partiel partagent un même poste. En général, par rapport à un poste à plein temps, ils travaillent 60 à 75 % du temps afin de faciliter l’organisation et les transmissions. 

 

Ces modèles à temps partiel pour les postes de leadership et le partage de poste sont intéressants pour les entreprises si les salariés embauchés à ces postes apportent à l’entreprise des connaissances particulières, car cela revient généralement plus cher aux employeurs que d’embaucher une personne à plein temps.

 

Toutefois, ces modèles ont un effet de signal et peuvent avoir un impact considérable sur la culture d’une entreprise, c’est-à-dire qu’ils seront encore plus répandus à l’avenir. Et ils ne s’adressent pas uniquement aux mères actives, mais aussi à leurs partenaires ou aux personnes sans enfant pour qui un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée est primordial. 

 

Avantages

Inconvénients

  • Possibilité pour les salariés de s’investir dans un travail à tous les stades de leur vie
  • Effet de signal concernant l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ; pour les femmes, c’est aussi le signal d’une égalité des chances
  • Flexibilité pour la vie privée des salariés
  • Attentes précises et respect des durées de travail spécifiées dans le contrat
  • Assez coûteux pour les employeurs
  • Globalement, nécessité de trouver un plus grand nombre de salariés compétents pour remplir chaque rôle
  • Pour les postes de leadership, impression que le travail est aussi le but de leur vie → c’est moins le cas pour le travail à temps partiel régulier et le partage de poste

 

Temps de travail fonctionnel et optionnel

Le temps de travail fonctionnel et optionnel donne plus de responsabilités aux salariés que les horaires variables, mais pas autant que les heures de travail basées sur la confiance. Pour le temps de travail fonctionnel, on considère qu’il y a des heures pendant lesquelles un certain nombre de salariés doivent être présents dans un service afin d’assurer son fonctionnement. Il revient à ces membres du personnel de décider de leur organisation.

Le temps de travail optionnel offre une flexibilité similaire. Pour ce modèle, les salariés notent les heures de travail qu’ils préfèrent et il en est tenu compte lors de la planification des horaires du personnel. Ce modèle fonctionne mieux si les membres du personnel qui travaillent ensemble ont des préférences différentes (par exemple, ceux qui aiment travailler de nuit et ceux qui préfèrent arriver très tôt au travail et repartir dans l’après-midi). Ce modèle de travail est particulièrement apprécié dans le secteur des services, par exemple dans les boulangeries ou chez les plombiers, et fonctionne uniquement si les salariés renoncent volontiers à travailler lorsque l’activité ralentit.

 

Avantages

Inconvénients

  • Davantage de flexibilité pour les salariés
  • Les heures n’ont pas besoin d’être précisément « mesurées »
  • Gestion plus facile des fluctuations 
  • La planification du personnel peut devenir chronophage
  • Pour le temps de travail optionnel en particulier, les membres du personnel doivent accepter de travailler moins d’heures lorsque l’activité ralentit
  • Lorsque l’activité est intense, risque de surmenage du personnel

 

Heures de travail basées sur la confiance

C’est la solution pour les postes où le suivi du temps est inutile et/ou difficile à mettre en œuvre.Elle convient également aux environnements de travail qui souhaitent réduire leurs dépenses administratives et offrir à leur personnel un maximum de flexibilité.

 

Avec ce modèle, les salariés bénéficient d’un niveau de responsabilité élevé quant à leur temps de travail. Ils doivent gérer eux-mêmes leur temps et leur méthode de travail pour s’assurer d’accomplir leurs tâches dans les délais et d’atteindre certains objectifs.

Avantages

Inconvénients

  • Niveau de flexibilité le plus élevé
  • Une plus grande autonomie est un facteur de motivation
  • Réduction des dépenses administratives
  • Si on en demande trop aux salariés, ils peuvent très vite se retrouver surchargés
  • Heures supplémentaires généralement pas rémunérées
  • Les salariés ont tendance à moins bien faire la distinction entre vie professionnelle et vie privée

 

Lieu de travail flexible

 

Bureau/travail à domicile 

Il s’agit ni plus ni moins de travailler chez soi. De temps en temps, cela évite aux salariés d’avoir à faire le trajet et leur permet de travailler confortablement chez eux. En général, ce fonctionnement doit être organisé et approuvé par un responsable ou un superviseur, mais certaines entreprises donnent une totale liberté à leurs salariés quant à leur lieu de travail.

 

Travail mobile/télétravail

Le travail mobile, également appelé télétravail, correspond à l’absence de lieu de travail fixe dès le départ. Le « bureau » des salariés est installé à leur domicile et ils effectuent tout leur travail à distance. Dotées des technologies et des processus adéquats, les entreprises peuvent considérablement réduire les coûts et, lors du recrutement des talents, l’absence de contrainte géographique leur permet également de choisir leur candidat dans un panel plus large.

 

Nombreuses sont les entreprises qui proposent certains postes non dépendants du site (par exemple, les agents d’assistance à la clientèle), alors que d’autres postes de la même entreprise doivent s’exercer sur site par nécessité (tels que les postes de directeur commercial). 

 

Avantages

Inconvénients

  • Possibilité d’atteindre un panel de talents plus large
  • Meilleure image
  • Flexibilité pour les personnes ayant une vie personnelle chargée (par exemple, enfants, animaux domestiques, membres de la famille dont il faut s’occuper, etc.) 
  • Coût réduit car moins de besoins en locaux
  • Exige des salariés un niveau de responsabilité élevé et une excellente gestion du temps
  • L’organisation et la culture de l’entreprise doivent être encore mieux pensées et planifiées
  • Toutes les données doivent être disponibles en ligne en permanence

 

Davantage de flexibilité pour les employeurs

 

Travail temporaire/intérimaire

Dans le cadre du travail intérimaire, les entreprises n’emploient pas directement les travailleurs, mais font appel aux services d’une agence d’intérim qui leur fournit le personnel compétent.

 

Ainsi, les entreprises s’adaptent mieux aux fluctuations en comblant les déficits avec des travailleurs intérimaires. Pour les travailleurs, c’est une possibilité de découvrir une grande diversité d’entreprises. Une étude menée par REC a révélé qu’au Royaume-Uni, 39 % des personnes ont déjà travaillé en tant qu’intérimaire.

 

Pour éviter le traitement inéquitable et la concurrence salariale, la plupart des pays ont adopté des lois précisant pendant quelle durée un travailleur peut occuper un poste donné avant d’avoir droit au même traitement et à la même rémunération que ses homologues. Au Royaume-Uni, cette durée est de 12 semaines. Pour plus d’informations sur la législation britannique concernant le personnel temporaire, cliquez ici.

 

Avantages

Inconvénients

  • Court préavis ; niveaux de flexibilité élevés de part et d’autre
  • Augmente les chances du travailleur d’obtenir un poste permanent (p. ex., après une longue période de chômage)
  • Peut combler un déficit entre deux postes permanents
  • Peut permettre d’acquérir des connaissances professionnelles
  • Selon le secteur, peut donner lieu à une rémunération plus élevée et à des frais remboursables
  • Moins de sécurité pour le personnel
  • Le fait de ne pas engager des travailleurs plus longtemps sur un poste entraîne une perte des connaissances
  • Provoque parfois une concurrence salariale et de mauvaises conditions de travail pour les travailleurs intérimaires
  • Moins de certitude pour les salariés en matière de planification



Travailleur indépendant

Le recours aux travailleurs indépendants offre un niveau de flexibilité optimal de part et d’autre. On peut faire appel à eux pour certains projets ou les solliciter à maintes reprises pour certaines tâches. Le fait que les travailleurs indépendants soient uniquement payés pour leur travail constitue le plus gros avantage. Il n’y a pas de coûts salariaux indirects ; ils n’ont droit à rien d’autre qu’à cette rémunération.

 

Toutefois, l’inconvénient reste que les travailleurs indépendants peuvent, du jour au lendemain, décider de ne plus travailler pour telle ou telle entreprise. Pour éviter cela, l’accord peut être stipulé de manière contractuelle entre le travailleur indépendant et l’entreprise.

 

Avantages

Inconvénients

  • Niveau de flexibilité le plus élevé
  • Absence de coûts salariaux indirects
  • En général, les travailleurs indépendants sont uniquement payés pour leur travail → inutile de s’inquiéter d’un manque de productivité
  • Un niveau de flexibilité élevé entraîne un manque de sécurité de part et d’autre

 

Conclusion

 

Il existe un large éventail de possibilités en matière de modèles de travail flexible. Pour utiliser correctement les nouveaux modèles, il convient de demander des conseils juridiques au cas par cas. Que vous souhaitiez plaire à de nouveaux talents, planifier plus efficacement ou accélérer votre croissance, une savante combinaison de travailleurs flexibles et de conditions de travail modernes (par exemple, le libre choix du lieu de travail et du temps de travail) offre un potentiel considérable. 

 

Pour assurer le suivi de votre force de travail flexible et être certain de respecter vos obligations légales en matière de suivi du temps, découvrez Staffcloud !



Latest articles

Quels sont les différents modèles de travail flexible ? - Glossaire
Continuer la lecture
Comment éviter que les travailleurs flexibles ne deviennent des bouche-trous coûteux
Continuer la lecture
Les fausses promesses de la «gig economy»
Continuer la lecture